Dark kitchens, magasins fantômes : Villeurbanne et Lyon embarquent les grandes villes dans un courrier à Elisabeth Borne (2022)

A Villeurbanne comme à Lyon, les dark stores et dark kitchen, c'est non. Les maires EELV et PS des deux villes sont à l'origine d'un courrier, signé depuis par les grandes villes de France, et destiné à la Première Ministre, Elisabeth Borne. Objectif : alerter sur les conséquences de deux décrets en projet, qui ouvriraient voie à une simplification de l'installation des commerces de la "dark city". Une position reprise et confortée depuis par les élus de France Urbaine, qui s'opposent également à un allègement des règles d'installation.

Dark kitchens, magasins fantômes : Villeurbanne et Lyon embarquent les grandes villes dans un courrier à Elisabeth Borne (1)

"Jusqu'à présent, lorsqu'une entreprise voulait installer un dark store dans la ville, si elle changeait l'utilisation du lieu, c'est-à-dire en passant d'une activité commerciale classique à une activité de dark store ou de dark kitchen, cela nécessitait d'interroger lemaire de la commune surl'opportunité d'une telle installation", affiche le maire PSde Villeurbanne,Cédric Van Styvendael.

Alors quedeux projets de décrets portés par legouvernement, censés encadrerl'installation des dark kitchens et dark stores sur le territoire français,prévoit depermettreen réalitéà ces acteurs de s'implanteren cœur de ville "dès lors qu'ils disposent d'un simple comptoir de retrait de commandes",le maire de Villeurbanneestmonté au créneau aux côtés deson homologue EELV, Grégory Doucet, pour s'y opposer farouchement.

"Nous sommes très vigilants depuis quelques mois à Villeurbanne sur cette question, si bien quelorsque laveille que nous menions à ce sujet nous a démontré qu'un texte était en préparation, nous avons décidé de contacter notre voisin lyonnais ainsi queplusieurs autres grandes villes de France, afin d'interpeller Elisabeth Borne, avant que la démarche ne soit finalement appuyée par France Urbaine", expliqueCédric Van Styvendael.

Un courrier à Elisabeth Borne, co-signé par une dizaine d'élus

Dans un courrier, co-signé aux côté de plusieurs élus de l'association FranceUrbaine (PierreHurmic pour Bordeaux, Anne Vignot pour Besançon, Martine Aubry à Lille, Benoit Payan àMarseille ou encoreAnne Hidalgo mais aussi, du côté des LR, Stéphane Beaudet à Evry Courcouronnes ou Patrick Ollier à Rueil-Malmaison), les deux édiles lyonnais dénoncentdeux dispositions qui "feraient courir le risque aux communes que nousreprésentons de voir se démultiplier sur nos territoires ces établissements qui, mêmedotés d'un comptoir d'accueil, n'en resteraient pas moins des entrepôts ou descuisines opaques. Ce phénomène s'inscrit à l'opposé de ce que nous souhaitonstous, au-delà de nos appartenances politiques, pour nos cœurs de ville."

En effet, ces deux projets deprojets de textes réglementairesprévoient que ces magasins fantômes"nerelèvent pasde la sous-destination « commerce de détail » et que les dark kitchenne relèvent pas de la sous-destination « restauration »", ce qui permettrait ainsi à ces acteurs de"s'affranchir de ces contraintes", etnotamment de la demande de changement d'usage à produire en mairie, "dès lors qu'ils disposent d'unesurface de vente, aussi réduite soit-elle", assurent lessignataires.

"Ce texte représenterait un moyen de contournement de la législation actuelle pourles acteursqui souhaiteraient s'installer, en installant tout simplement un comptoir de retrait des commandes", traduit à La Tribune Camille Augey, adjointe àl'emploi, l'économie durable, à l'insertion, au commerce et à l'artisanat de la Ville de Lyon. "C'est pourquoi nous avons réussi à fédérer, autour de ce sujet, des villes de toutes appartenances politiques, car c'est un sujet sur lequel les maires partagent leurs interrogations".

Unmodèle qui pousse à"l'ubérisation" des centres-villes

"Au-delà de nos appartenances politiques, nous sommes nombreux, élus locaux, à nous inquiéter de ces mesures qui feraient de nos villes des dark city peuplées de commerces fantômes. (...) Ce n'est pas la société ni la ville que nous voulons", abondeCédric Van Styvendael. "A un moment oùchacun se posedéjà la question de son impact environnemntal, on peut se demander si on a besoin de se faire livrer tout, à domicile et tout le temps ?".

Celui-ci évoque un modèle qui, en "venant concurrencer le commerce et les services de proximité", "vide lescœurs de villes de ce qui fait leur attractivité, leur qualité de vie, leur singularité" tout en présentant "un coût environnemental élevé", "des nuisances pour les riverains" ainsi qu'une"précarisation des conditions de travail des livreurs".

Pour le maire EELV Grégory Doucet, qui s'était déjà exprimé dans un tweet, "l'explosion non régulée des dark stores est un danger majeur pour la convivialité et la qualité de vie urbaine".

Des projets déjà retoqués, d'autres installés

Il faut dire que ce n'est pas la première fois qu'ils sont confrontés à cette question :en décembre dernier déjà,la ville de Lyonavait fait valoir son opposition à l'ouverture d'un dark store au sein du 6e arrondissement, alors même qu'une dizainede ces établissements sont déjà recensés dans la capitale des Gaules (Gorillas, Flink, Getir...), tandis que du côté des dark kitschens, unacteur local, l'incubateur de dark kitchen Food'lab, avait ouvert en janvier 2022 une grande cuisine partagée de 1.200 m2 dans le9e arrondissement de Lyon.

"Aujourd'hui, les dark kitchens sont encore plus difficiles à contrôler etrépertorier que les dark stores, car ilss'installent bien souvent dans d'anciens restaurants, sansproduire nécessairement de déclaration nichangement d'usage des locaux", regretteCamille Augey, à la Ville de Lyon.

A Villeurbanne également, un autre projet d'installation d'une grande dark kitchen dans l'est de la ville et générant près de 4.000 livraisons par jour, avait finalement découragé son instigateur, le géant Deliveroo, après un premier refus du maire.

"Si un tel projet devait chercher à s'implanter dans le centre-ville de Villeurbanne aujourd'hui, avec cette nouvelle réglementation, je ne disposerais d'aucun moyen juridique pour agir", prévient l'élu PS, qui précise que sonassemblée citoyenne s'est saisie de ce sujet en lançant une concertation sur les enjeux d'une «ville entrepôt», dont les premières conclusions devraient aboutir à l'automne.

Sur le sujet des dark stores, l'élu concède que la situation est plus délicate puisqu'il existe déjà, à Villeurbanne, 8 à 10 implantations (Gorillas, Flink, etc)de ces "magasins fantômes" devenus les piliers de la livraisonultra-rapidede différents produits, pour le compte desgrandes plateformes en ligne, et "autant en projet", regretteCédric Van Styvendael. "Nousn'avons pas d'outil juridique à leur opposer lorsque leur bail évoque déjà une activité de stockage".

Une réponse attendue

A travers ce courrier, adressé le 19 août dernier en plein coeur de l'été et en amont de la rentrée parlementaire, les élus locaux signatairesespèrent non seulement que les dispositions concernées "soient retirées des projets de textes en
cours", "mais également que les communes où prospère ce type d'activités disposent
des moyens juridiques de les réguler et de lutter efficacement contre toutes les
externalités négatives que celles-ci produisent".

De son côté, l'association Franceurbaine précisait que "les propositions d'actualisation formulées par l'administration ne permettent pas un réel encadrement par les maires. Le décret final devra être plus strict et plus précis. Les maires doivent pouvoir réguler les implantations en fonction de leur stratégie d'urbanisme et de la politique d'animation et de développement commercial de leurs territoires."

Ace jour, la première ministre n'a pas répondu à leur sollicitation, mais leministredélégué à la Ville et au Logement Olivier Kleinavait rappelé,le 13 août dernier:"Oui, il faut réguler les dark stores et trouver l'équilibre entre vitalité des centres-villes et emploi. C'est tout l'objet de ce projet (dedécret,ndlr) !" Et d'ajouter : "Les remarques de la Ville de Paris et des municipalités sont les bienvenues. Et pas seulement sur Twitter..."

La ministredéléguée auxpetites et moyennes entreprises, aucommerce, àl'artisanat et autourisme, Olivia Grégoire, avait quant à elleassuré qu'elle resterait"vigilante à ce que le développement des dark stores ne se fasse pas au détriment du commerce de détail", rappelant les grandes orientations d'un guide, déjà édité en mars : "si un dark store n'accueille pas de public c'est un entrepôt, et s'il évolue pour en accueillir, c'est un commerce".

Newsletter - Auvergne-Rhône-Alpes

Du lundi au vendredi, à 19h, recevez l’essentiel de l’actualité de la
région Auvergne-Rhône-Alpes

Inscription à la newsletter Auvergne-Rhône-Alpes

Du lundi au vendredi, les dernières actualités Dans votre boite mail à 19h

Créer un compte

J’ai déjà un compte

Merci pour votre inscription !

Dernière étape : confirmez votre inscription dans l’email que vous venez de recevoir.

Pensez à vérifier vos courriers indésirables.

À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.

Inscription à la newsletter Économie en Rhône-Alpes

Chaque jeudi, les dernières actualités Dans votre boite mail a 9h

Voulez-vous souscrire à la newsletter ?

Inscription à la newsletter Auvergne-Rhône-Alpes

Du lundi au vendredi, les dernières actualités Dans votre boite mail à 19h

Connexion à mon compte

J’ai n'ai pas encore de compte

Merci pour votre inscription !

À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.

Vous êtes déjà inscrit !

Découvrez l'ensemble des newsletters de La Tribune
La rédaction de La Tribune

Je découvre

Réinitialisez votre mot de passe

Merci de saisir l'adresse mail fournie lors de la création de votre compte, un email vous sera envoyé avec vos informations de connexion.

Je n'ai pas encore de compte Revenir à la page précédente

Email envoyé !

Un e-mail contenant vos informations de connexion a été envoyé.

À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.

You might also like

Latest Posts

Article information

Author: Horacio Brakus JD

Last Updated: 10/30/2022

Views: 6135

Rating: 4 / 5 (71 voted)

Reviews: 86% of readers found this page helpful

Author information

Name: Horacio Brakus JD

Birthday: 1999-08-21

Address: Apt. 524 43384 Minnie Prairie, South Edda, MA 62804

Phone: +5931039998219

Job: Sales Strategist

Hobby: Sculling, Kitesurfing, Orienteering, Painting, Computer programming, Creative writing, Scuba diving

Introduction: My name is Horacio Brakus JD, I am a lively, splendid, jolly, vivacious, vast, cheerful, agreeable person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.